2018

 2017

 2016

 2015

Impro Piano 18nov14

Improvisation 'one shot' au piano.

01 juillet 2015

Ecologie Prophétique

Ha... on était jeune avec plein de sédiments dans les yeux... Mais celà a-t-il changé ?

01 juillet 2015

Le Sacrifice

30 août 2015

S'il y a une expression qui m'interpelle grandement lorsque je l'entend de la bouche d'un parent à l'égard de ses enfants c'est bien celle du sacrifice. L'éternel "je me suis sacrifié(e) pour toi" est une des phrases les plus ambiguë qu'on puisse offrir à ses enfants. Je pense qui si je l'entends un jour à mon égard, de la part d'un de mes parents, je lui demanderai "et ça t'as fait mal ?".

 2018

 2017

 2016

 2015

Phénix & Dragon

12 août 2015

 Il faudrait peut-être faire une petite nuance entre le fait de se sacrifier, et le fait d'assumer son rôle. Si je regarde la définition de ce mot, c'est plutôt une offrande ou un abandon volontaire. Ce qui paraîtrait assez logique finalement. Un parent qui abandonne volontairement certaines activités à l'arrivée de son enfant me parait naturel. Il a fait le choix d'avoir un enfant, il a fait le choix de changer sa vie. En aucun cas il est fait mention d'une contrepartie... puisque justement, il y a offrande. Mais dans la bouche de certains parents, on sent bien que ça frise le reproche. "Après tout ce que j'ai fait pour toi !! Je me suis sacrifié pour toi !". Tiens, prends ça p'tit con, et porte le bien comme de la culpabilité, parce que si j'avais su, je t'aurai pas fait ! Alors oui, la vie n'est pas très juste, pas très cool, pas vraiment comme on aimerait qu'elle soit. Oui, c'est un peu galère quand finalement, tout tourne au désastre et qu'il faut revoir tous ses plans pour arriver à s'en sortir. Mais de quel droit les enfants doivent porter ça en sacrifice ? Comment, des enfants se retrouvent à porter la responsabilité de la dureté de la vie qui affecte leurs parents ? Bon... Sur ce, je m'en vais vous sacrifier pour aller faire mon jardin !

 2018

 2017

 2016

 2015

Je détiens la vérité. Je la propage tel le messie, à ceux qui m'entourent, assuré qu'ils se nourriront de mes paroles. Je maîtrise le verbe. J'en inonde mes conversations pour noyer mon auditoire dans un flot de réflexions, assuré qu'ils embrasseront le courant de mon génie. Je suis en haut de la montagne. Je regarde les autres se débattre en leur insufflant mon énergie divine, ma connaissance absolue de la vie, assuré qu'ils en feront bon usage. Guru Machin (J'avais juste besoin de me défouler un peu :) )

OMMMM

29 novembre 2015

 2018

 2017

 2016

 2015

Impro piano avril 2015

17 novembre 2015

Vendons nos armes en paix !

17 novembre2015

Dans le top cinq des vendeurs d'armes dans le monde, la France brandit son logo "Peace Paris" avec autant d'aisance que les banquiers du Vatican prêchent pour l'humilité. C'est beau la naïveté, il faut l'avouer...

Castle Bravo

21 novembre 2015

 2018

 2017

 2016

 2015

Le Grand Pouvoir... du votant

15 décembre 2015

Dès le départ, ce mode "démocratique" est mis à mal, puisqu'on n'a pas le droit de ne pas aller voter sans se voir pointer du doigt. La phrase ultime du votant, crachée avec arrogance au visage de l'impie, sort très rapidement de sa bouche : "des gens se sont battus pour que tu puisses voter !!" Ce qui sous-entend : "honte sur toi ! Tu ne rends pas hommage à ces saints hommes partis en croisade pour ton salut." La culpabilité est d'usage dans un pays démocratique. Bon ça fait un peu contre-sens, mais c'est tellement commun que ça ne choque plus personne. Tu n'as pas le droit d'avoir une autre vision du scrutin... c'est tout, fait pas chier ! Alors, bien évidemment, lorsqu'on rétorque qu'on ne veut aucun des guignols présentés pour nombres d'années de servitudes, le fameux "vote blanc" est brandit comme la sainte croix de la délivrance : "alors manifeste ton mécontentement, fait entendre ta voix et vote blanc !" Mais pour quelle raison le ferais-je ? Puisqu'il n'a aucun pouvoir... Voter blanc ou voter rien a autant d'impact. Il faut être aveugle pour se dire que les gens qui ne vont pas voter sont des fainéants... Les gens qui ne vont pas voter sont des gens sans espoirs, que l'on martèle à coup de culpabilisation. Il faut être courageux aujourd'hui pour dire : je ne vote pas. Il faut vouloir affronter tous ces gens qui font usage de leur pouvoir illusoire pour sauver ce qu'il reste d'un système pervers. Il faut être courageux pour oser dire que la démocratie n'existe plus depuis quelques années déjà, et que seules les chimères peuplent les isoloirs. Je ne donnerai pas mon pouvoir à un quelconque maître, de caste supérieure, déshumanisé par trop d'années de compromis. Je ne donnerai pas mon pouvoir à "l'achat", si ardemment défendu par tous ces votants. Je garde mon pouvoir, pour planter des graines, qui nourriront les enfants, quels qu'ils soient, de ce qu'il reste de cette terre. Comme à chaque fois qu'on doit choisir son nouveau maître, tout le système "démocratique" se met en branle pour faire culpabiliser les gens qui ne veulent pas voter.